Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Le chauffage au bois

Autres documents

Règlement sur les appareils de chauffage au bois

Dépliant - Chauffer au bois : Est-ce vraiment inoffensif? (format PDF, 521 ko)

Influence des feux de camp sur la qualité de l'air (format PDF, 868 ko)

Pour la plupart d’entre nous, un feu de foyer signifie une soirée tranquille à se relaxer, à contempler les mille et une lueurs de la flamme dansante en écoutant avec ravissement le crépitement des bûches dans la cheminée...

Mais à quel prix?

Qu’elles proviennent d’un poêle à bois, d’un foyer ou d’un feu de camp, les fumées qui s’en dégagent ne sont pas aussi « inoffensives » qu’on voudrait bien le croire. Selon Environnement Canada, un poêle à bois non certifié émet autant de particules fines dans l'atmosphère en neuf heures qu'un poêle certifié fonctionnant soixante heures ou une automobile de type intermédiaire parcourant 18 000 km.

Le chauffage au bois représente une source importante de contaminants dans l’atmosphère : monoxyde de carbone (CO), composés organiques volatils (COV), particules fines (PM2,5), oxydes d’azote (NOx) et hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). La fumée dégagée par la combustion du bois est présente à l’extérieur comme à l’intérieur des maisons.

Dans les quartiers où le chauffage au bois est répandu, l'exposition aux contaminants provenant de la fumée des cheminées peut avoir des effets néfastes sur la santé des résidents.

Sources d'émissions de particules fines au QuébecLa situation au Québec

Au Québec, le chauffage au bois résidentiel est responsable de la moitié des émissions de particules fines provenant des activités humaines. Sur le plan local, la contribution à la pollution causée par ce type de combustion peut être beaucoup plus importante. À titre d’exemple, une campagne d’échantillonnage sur le chauffage au bois réalisée en 1999 sur l’île de Montréal par la Communauté urbaine de Montréal (CUM) a montré qu’en hiver, dans un quartier résidentiel, les concentrations de COV, de particules fines et de HAP étaient souvent supérieures à celles mesurées dans le centre-ville de Montréal. Sous certaines conditions météorologiques, les concentrations de contaminants dans l’air ambiant peuvent atteindre des niveaux élevés dans certains quartiers. Ce genre de situation peut survenir dans de nombreux endroits au Québec.

Le nombre d’installations de chauffage au bois est en progression au Québec. Les données de Statistique Canada montrent que le nombre de logements dans lesquels on a recours au chauffage au bois a augmenté d’environ 60 % de 1987 à 2000. Durant cette même période, l’augmentation du nombre de logements était de moins de 20 %.

Nombre de logements utilisant le chauffage au bois au Québec - Source : Statistique Canada
Source : Statistique Canada

Haut

Effets de la fumée sur la santé

Les particules émises par le chauffage au bois sont de très petite taille, soit moins de 2,5 micromètres, ce qui leur permet de pénétrer profondément dans les voies respiratoires et de nuire à leur fonctionnement.

Effets potentiels sur la santé de certains contaminants issus de la fumée de bois lorsque leur concentration est trop élevée dans l’air

Contaminants Effets
Monoxyde de carbone CO Maux de tête, nausées, étourdissements, aggravation de l’angine chez les personnes ayant des problèmes cardiaques
Composés organiques volatils COV Irritation et maux respiratoires; certains COV sont cancérigènes (ex. : benzène)
Acroléine et formaldéhyde

Irritation des yeux et des voies respiratoires
Particules fines PM2,5 Irritation des voies pulmonaires; aggravation des maladies cardiorespiratoires, mortalité plus hâtive
Oxydes d'azote NOx Irritation du système respiratoire, douleur à l'inspiration, toux, oedème pulmonaire
Hydrocarbures aromatiques polycycliques HAP Certains HAP sont considérés comme mutagènes ou cancérigènes ou soupçonnés de l’être
Dioxines et furannes

Cancérigènes probables

Source : Direction de la santé publique de Montréal-Centre

Ces effets peuvent être plus ou moins accentués selon la sensibilité des personnes. Les enfants très jeunes, les personnes âgées et celles souffrant d’asthme, d’emphysème ou de problèmes cardiaques sont les plus sensibles à la pollution de l’air.

L'air intérieur

En plus d’émettre des contaminants dans l’air extérieur, les appareils de combustion du bois peuvent modifier la qualité de l’air des habitations lorsqu’une partie des gaz de combustion et des particules fines reviennent à l’intérieur. Ces fuites à l’intérieur de la maison seront plus ou moins importantes selon le type d’appareil utilisé, la qualité de son installation et les façons de le faire fonctionner. Une étude de la Direction de la santé publique de Montréal-Centre a montré que les personnes qui utilisent un poêle à bois présentent dans leur urine des concentrations plus élevées de contaminants que celles n’ayant pas de poêle à bois. La combustion du bois constitue donc une source d’exposition supplémentaire à des substances toxiques à l’intérieur des maisons.

Que faire?

Quelques gestes simples à poser pour limiter votre exposition aux contaminants :

Comment Pourquoi
Évitez le chauffage au bois comme mode de chauffage principal. Les autres modes de chauffage tels que l’électricité, le gaz et l’huile sont moins polluants.
Limitez l’utilisation des foyers et des poêles à bois, tout particulièrement les journées où il y a du smog.

S’ils ne sont pas interdits, limitez tout de même les feux à l’extérieur (feu de camp, brûlage des feuilles, etc.).

Pour diminuer la quantité de contaminants émis dans l’air intérieur et extérieur.
Lorsque vous chauffez au bois :  
  • Ne brûlez pas de déchets domestiques tels que les plastiques, le bois traité ou le bois peinturé.
Pour diminuer l’émission de contaminants très nocifs comme les dioxines et les furannes.
  • Selon la disponibilité des ressources, utilisez un bois dur qui a séché au moins six mois, comme le chêne, l’érable ou le bouleau, plutôt qu’un bois mou tel que le sapin, le pin ou l’épinette.
Pour réduire la quantité de contaminants émis dans l’air et limiter la production de créosote qui encrasse les parois et cause souvent des feux de cheminée.
Si vous songez à acheter un poêle ou un foyer :  
  • Assurez-vous que l’appareil correspond à vos besoins réels et évitez notamment d’acheter un appareil d’une trop grande capacité de chauffage.

Par économie d’énergie et pour éviter l’émission inutile de contaminants dans l’air intérieur et extérieur.
  • Privilégiez un poêle ou un foyer électrique. Certains modèles peuvent être installés à même les appareils existants.

L’électricité n’émet pas de contaminants.
Si vous optez tout de même pour un poêle au bois :  
À titre d’exemple, un poêle neuf certifié peut émettre jusqu’à 90 % moins de particules qu’un poêle « conventionnel ».
  • Choisissez également un appareil dont la fiche technique indique le plus faible taux d’émission de particules.

 

Installation
Respectez le code canadien d’installation des appareils à combustion.

Une installation adéquate est plus sécuritaire et favorise le bon fonctionnement de l’appareil.

Entretien
Entretenez, réparez ou, selon vos nouveaux besoins, remplacez votre appareil de chauffage au bois.

Après un certain temps, un appareil de chauffage au bois et sa cheminée perdent de leur étanchéité et laissent échapper des gaz et des particules. Ceci diminue le rendement énergétique et peut détériorer la qualité de l’air intérieur.

Un nettoyage régulier de la cheminée favorise une combustion optimale et minimise les risques d’incendie.


Pour en savoir plus...
Entre le début décembre et mi-avril, le programme Info-Smog renseigne la population sur les conditions de dispersion atmosphérique pour les régions du sud du Québec. Dans les cas de mauvaises dispersions, il est fortement recommandé de ne pas utiliser le chauffage au bois.

Plusieurs sites traitent du chauffage au bois :

Dépliant - Chauffer au bois : Est-ce vraiment inoffensif? (format PDF, 521 ko)


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2002