Développement durable, Environnement et Parcs Rafale
Accueil Plan du site Courrier Portail Québec À propos du site English Recherche

Les aventures de Rafale

Quand la forêt affiche ses couleurs

L'automne arrivé, j'aime contempler les teintes flamboyantes qui colorent le paysage. Quel moment magique! Parée d'une variété de jaunes, de rouges et de verts, la forêt scintille sous les rayons du soleil. Nous parcourons les sentiers du parc du Mont-Orford en Estrie, mon cousin Robin et moi, munis de nos appareils photo.

RafaleC'est une journée idéale pour faire une randonnée en forêt et admirer les couleurs de l'automne!

RobinTu parles! Moi, peu importe la saison, l'air pur de la forêt m'appelle!

RafaleTu es comblé Robin des bois! Le Québec est couvert de forêts sur près de la moitié de son territoire.

RobinEt crois-moi, j'en profite au maximum!

RafaleDis-moi, qui est propriétaire de tous ces grands espaces verts?

RobinPlus de 90 % de ces forêts appartiennent à la population québécoise. C'est le gouvernement du Québec qui veille à la conservation et à la protection de nos forêts publiques. Te rends-tu compte de la richesse collective que représentent ces vastes étendues pour le Québec?

RafaleOui, bien sûr. Le bois qu'on y récolte est une matière première dont on ne pourrait plus se passer. C'est un matériau de base pour la construction d'habitations et de meubles, et pour la fabrication de papiers de toutes sortes.

RobinC'est certain, Rafale. Les biens matériels que nous procure l'exploitation de cette ressource sont devenus essentiels. Pourtant, il ne faudrait pas oublier que la simple présence de forêts naturelles sur notre territoire constitue une importante richesse collective à préserver. Sais-tu ce qu'est une aire protégée?

Le bouleau jaune

Le bouleau jaune
Gouvernement du Québec
http://www.drapeau.gouv.qc.ca

Le bouleau jaune : l'arbre emblématique du Québec

Afin de rappeler le rôle essentiel de la forêt au Québec, le bouleau jaune a été choisi comme arbre emblématique. Il est l'un des trois emblèmes qui représentent le Québec.

La forêt du sud du Québec figure parmi les endroits où l'on compte le plus de bouleaux jaunes au monde. Cette essence, communément appelée « merisier », a été présente dans la vie des Québécois tout au cours de l'histoire et l'est encore aujourd'hui.

Le bois du bouleau jaune, résistant et de grande qualité, est très apprécié pour la fabrication de meubles et pour une variété d'autres usages. Cette espèce se distingue facilement par son écorce mince, d'un brun jaunâtre, qui se détache en minces rubans horizontaux.

Pour en connaître davantage sur les emblèmes du Québec :

La page Internet du gouvernement du Québec Symboles et emblèmes.

RafaleOui, j'ai eu l'occasion de visiter le parc national du Mont-Mégantic et la réserve naturelle des Marais-du-Nord, en bordure du lac Saint-Charles, à Québec. Ici également, au parc du Mont-Orford, nous sommes en plein cœur d'une aire protégée.

RobinC'est exact! Alors tu dois savoir que l'exploitation forestière est interdite à l'intérieur des aires protégées, pour que la biodiversité de ces milieux naturels soit préservée. Nos forêts subissent les pressions d'une forte demande provenant de l'industrie forestière. L'équilibre entre l'exploitation de la ressource naturelle et la protection des écosystèmes représente donc un défi de taille.

RafaleC'est tout un défi! Nous dépendons tous de cette ressource! Que ferait-on sans bois ni papier?

RobinEn effet, ces produits font vraiment partie de notre quotidien. Tu n'imagines pas tout ce qu'il est possible de fabriquer à partir d'un arbre. On estime à environ 10 000 le nombre de ses produits et sous-produits.

RafaleVraiment? Tu n'en rajoutes pas un peu?

RobinPas du tout! Mais j'admets que l'origine de certains produits est plus difficile à déceler. Par exemple, avec des pâtes de bois, on fabrique des matières textiles comme la rayonne et l'acétate. De la colle et même des solvants à peinture sont conçus à partir de la matière ligneuse de certaines essences d'arbres. Des huiles essentielles extraites de résineux sont utilisées dans la fabrication de médicaments, de parfums et de produits d'entretien.

RafaleEt le sirop d'érable!

RobinAh oui! C'est un produit typique de nos forêts! La sève de l'érable à sucre nous procure tous les printemps une nouvelle provision de gourmandises. Cette essence d'arbre domine les forêts feuillues des régions du sud du Québec.

RafaleQu'est-ce qui fait que les érables à sucre se retrouvent en plus grand nombre dans ces régions?

RobinC'est avant tout le climat qui détermine la présence d'espèces spécifiques dans une région donnée. On pourrait même comparer la forêt à un thermomètre.

RafaleTu veux dire que si, par exemple, l'érable à sucre est l'essence dominante dans une région, je pourrai alors avoir une idée des conditions de température de cette région?

Les zones de végétation du Québec

Source : Carte et légende extraites du document Zones de végétation et domaines bioclimatiques du Québec, publié par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

RobinC'est exactement ça! Les experts en foresterie ont identifié plusieurs zones de forêts distinctes sur le territoire du Québec. Comme tu peux l'observer sur cette carte, le découpage en zones, en sous-zones et en domaines est révélateur de la distribution des forêts. L'étagement en bandes horizontales montre bien que la végétation varie en fonction de la température : les changements se manifestent selon la latitude.

RafaleExplique-moi un peu ce découpage!

RobinJe résume. Tu sais que les conditions climatiques deviennent de plus en plus rudes à mesure qu'on se déplace vers le nord : les températures baissent et les précipitations diminuent. Les forêts de conifères de la zone boréale sont mieux adaptées au froid. Elles se situent donc au nord des forêts feuillues (ou décidues) et des forêts mélangées (ou mixtes) de la zone tempérée nordique. Sur les territoires encore plus au nord, ceux de la zone arctique, les arbres sont absents; ils sont remplacés par une végétation au ras du sol. Seules quelques dizaines d'espèces d'arbustes et de plantes herbacées y survivent.

RafaleQu'est-ce qui fait que les conifères supportent mieux le froid?

RobinLeurs feuilles, des aiguilles ou des écailles, sont plus résistantes. De forme réduite et recouvertes d'une couche protectrice de cire, elles retiennent mieux l'eau. Cette caractéristique permet aux feuilles des conifères de subsister tout l'hiver, tandis que les feuillus, qui perdent leurs feuilles à l'automne, sont en période de dormance durant l'hiver. La forme conique des résineux les rend aussi plus résistants aux forts vents et aux accumulations de neige. Les conifères sont donc mieux adaptés que les feuillus pour survivre un peu plus au nord, dans la forêt boréale.

RafaleLa latitude est-elle le seul facteur qui influence la répartition des espèces d'arbres?

RobinNon, mais c'est le plus évident. Les autres facteurs qui agissent sur la distribution des espèces sont la nature du sol et le relief. L'altitude est déterminante également, car les conditions climatiques au sommet d'une montagne imitent souvent celles de latitudes plus au nord.

RafaleC'est tout? Est-ce que les feux de forêt et les épidémies d'insectes ont une influence sur la distribution des espèces?

RobinJ'oubliais. En effet, ces perturbations ont des effets très importants sur les peuplements forestiers. Des forêts entières sont renouvelées à la suite d'incendies.

RafaleQuel désastre!

RobinOui, mais ces perturbations, quand elles sont d'origine naturelle, font partie de la dynamique des écosystèmes forestiers. Les feux, par exemple, sont fréquents dans la forêt boréale. Ils jouent même un rôle positif, jusqu'à un certain point, dans son renouvellement. Quoi qu'il en soit, la protection des forêts contre ces fléaux fait l'objet d'efforts soutenus, parce que la ressource est en jeu.

RafalePenses-tu que la forêt est une ressource inépuisable?

Le mont Orford vu de la colline des Pins - Source : Parc national du Mont-Orford, SÉPAQ

Le mont Orford vu de la colline des Pins
Source : Parc national du Mont-Orford, SÉPAQ

RobinNon. C'est pourquoi son développement doit être géré de façon responsable et durable. La récolte du bois ne devrait jamais dépasser la capacité de renouvellement de la forêt, afin que les générations qui viendront après nous puissent en profiter tout autant. La forêt est un territoire qui se partage à plusieurs. Tous les utilisateurs devraient pouvoir en profiter : les industriels, les consommateurs, les chasseurs, les randonneurs... Et comme je te disais au sujet des aires protégées, la conservation de forêts intactes à perpétuité contribuera à maintenir la biodiversité et l'équilibre écologique de la planète.

RafaleJ'ai entendu dire que les forêts sont un peu comme les poumons de la Terre.

RobinOui, en effet, beaucoup de gens utilisent cette expression, car les forêts captent le gaz carbonique et relâchent énormément d'oxygène dans l'air, un gaz dont nous avons absolument besoin pour respirer. Cependant, les forêts ne sont pas seulement bénéfiques à cause de cela. Elles protègent également les sols contre l'érosion et servent d'habitats à des milliers d'espèces de plantes, d'animaux et d'insectes. Elles ont donc une valeur inestimable pour l'environnement. On les apprécie également comme lieux de détente et de loisirs.

RafaleOh oui! Elle nous offre des paysages incroyables! Et des parcs naturels...

RobinÀ protéger et à admirer! Un réseau de 22 parcs nationaux, dont fait partie le parc du Mont-Orford, a été aménagé afin de conserver et de protéger des milieux naturels tout en accordant l'accès aux visiteurs. Nous avons donc la chance de faire des activités récréatives et sportives en harmonie avec la nature.

RafaleTu as raison de dire que c'est une richesse!

RobinEt regarde toutes ces couleurs!

RafaleAu fait, Robin, est-ce bien le gel qui provoque la coloration des feuilles à l'automne?

RobinPas précisément. Le gel précipite la mort et la chute des feuilles. Quant au phénomène de coloration, il est une conséquence des jours qui raccourcissent et de la baisse d'intensité du soleil.

RafaleComment s'explique le changement de couleur des feuilles, alors?

RobinÀ l'automne, la diminution de lumière agit sur le métabolisme des arbres. Des changements visibles surviennent chez les arbres feuillus (à feuilles caduques). Une mince couche isolante se forme à la base des feuilles et empêche la sève d'y circuler librement. À partir du moment où la nutrition de la feuille est interrompue, rien ne va plus pour le vert. Et quel est le pigment qui donne au feuillage sa couleur verte?

RafaleLa chlorophylle, une substance essentielle à la photosynthèse.

RobinExact! Par la suite, comme la chlorophylle cesse d'être renouvelée, elle se décompose rapidement. Elle cède donc sa place à d'autres pigments plus résistants, déjà présents dans la feuille. La diversité des teintes, du jaune au rouge violacé, dépend de la nature des pigments qui restent. Chaque essence d'arbre possède ses particularités. Par exemple, les feuilles des bouleaux tourneront au jaune brillant tandis que certaines essences d'érables afficheront des rouges éclatants.

RafaleDommage que ça ne dure que quelques semaines.

RobinAllez! Grimpons au sommet de la montagne pour avoir une vue panoramique! J'ai toutes les chances de remporter le prochain concours annuel de photo de ma région!

La Maison de l'arbre et l'Arboretum du Jardin botanique de Montréal

La Maison de l'arbre du Jardin botanique de Montréal propose une visite enrichissante sur les thèmes de l'arbre et de la forêt. Le centre d'interprétation présente deux expositions complémentaires. L'une est permanente et l'autre, temporaire, approfondit chaque fois un thème nouveau et spécifique. Le parcours de l'exposition permanente, Au cœur de l'arbre, permet d'entrer en contact avec toutes les facettes de ce grand végétal, des plus visibles aux plus imperceptibles. On peut tester ses connaissances par de nombreux jeux questionnaires tout au long du circuit. On y apprend, entre autres, à estimer l'âge d'un arbre, à différencier plusieurs espèces selon leur port, leurs feuilles et le grain de leur bois. On apprend également comment la sève brute monte pour alimenter l'arbre jusque dans ses feuilles, comment celui-ci synthétise sa nourriture et comment il se reproduit. Bref, l'arbre dans son ensemble est très bien décrit, de même que ses relations avec son milieu et ses multiples usages.

L'Arboretum, une immense collection d'arbres, nous permet de continuer l'identification d'essences d'arbres provenant du Québec et d'ailleurs, tout en faisant une randonnée en plein air. L'Arboretum, c'est plus de 7000 spécimens d'arbres et d'arbustes regroupés par famille et couvrant plus de la moitié de l'étendue du Jardin botanique, soit une quarantaine d'hectares.

Pour plus d'information :
http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/arbre/arbre.htm

 

Ouvrages de référence

DOMONT, Philippe. Guide du curieux en forêt : 300 questions sur les arbres et les forêts, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999, 240 p. (Collection Les Guides pratiques du naturaliste).

GONTIER, Josette. J'aime la forêt!, Paris, Hachette, 1997, 155 p. (Collection J'aime...).

LORGNIER, Antoine, et autres. Forêts, Genève, Georges Naef, 2001, 322 p. (Collection L'aventure du monde).

Autre média

Le film d'animation L'homme qui plantait des arbres, de Frédéric Back, a connu un grand succès à l'échelle internationale. Le cinéaste a mis en images une nouvelle de Jean Giono, dans laquelle la relation entre l'homme et la forêt est décrite de façon magnifique (enregistrement vidéo de 28 minutes produit en 1987 par la Société Radio-Canada).

Septembre 2003


Glossaire

Année de publication : 2003


 

Barre de navigation

| Accueil  | Plan du site  | Pour nous joindre  | Quoi de neuf?  | Sites d'intérêt  | Recherche  | Où trouver?  |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité  | Réalisation du site  | À propos du site  |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2002